samedi 2 septembre 2017

"Frappe-toi le coeur" d'Amélie Nothomb

Titre : Frappe-toi le cœur
Auteur : Amélie Nothomb
Editeur : Albin Michel
Année : sept 2017


Résumé :(télérama)Ce sont des femmes entre elles que Nothomb met en scène ici : Diane et sa mère, la jalouse Marie ; Diane et son amie, la douce Elisabeth ; Diane et son mentor, l'égoïste Olivia ; Diane et sa soeur, la trop aimée Célia... Mais ce qu'elle met au jour n'a que faire des genres : c'est la part de violence qui irrigue en secret les relations humaines, les rivalités, les manipulations et les enjeux de pouvoir qui les sous-tendent. On en sort avisé et glacé.

Mon avis :   « Je crois que c’est une des histoires les plus noires que j’ai pu écrire, voilà un livre qui n’est fait que de nerfs », voici ce que déclare Amélie Nothomb lorsqu’elle est interrogée sur son tout dernier roman « Frappe-toi le cœur ».
    Amélie Nothomb nous livre ici un roman sur un des thèmes les plus récurrents en littérature me semble-il: la jalousie. Mais la jalousie poussée à son paroxysme, la jalousie qui détruit tout. Jamais vous ne verrez une personne s’aimer davantage que Marie, jeune et sublime femme qui ne vit et ne jouit de la vie qu’en rendant jaloux les personnes qui l’entourent. Imaginez alors qu’elle donne naissance à une petite fille magnifique et intelligente, Diane. Diane, qui tentera tout au long de son existence de donner une explication rationnelle à l’enfer que lui fera vivre sa mère. Diane, qui pensant se sauver en s’éloignant de sa famille se confrontera à peut-être bien pire…
    J’ai apprécié ce 26ème livre d’Amélie Nothomb sans aller jusqu’à dire comme certains critiques qu’il s’agit de son meilleur. Du Nothomb comme on l’aime, percutant, efficace...

samedi 21 janvier 2017

Challenge littéraire "Week-end à 1000!" janvier 2017

C'est décidé, je participe cette année et pour la première fois au challenge "Week-end à 1000" : du vendredi 20 au dimanche 22 Janvier 2017.

Mais qu'est-ce que le "Week end à 1000" ? Il s'agit d'un challenge proposé quatre fois par an par la blogeuse/youtubeuse Lili Bouquine. Le défi est simple : lire 1000 page entre vendredi soir 19h et dimanche minuit.
Un groupe Facebook permet d'échanger et de se motiver entre participants. Pour rendre plus intéressant ce challenge, nous sommes invitées à publier notre "Pile A Lire" avant le lancement officiel.

Voici donc ma PAL (sans obligation d'atteindre mon objectif): 1068 PAGES
  • Branches obscures de Nikolaj Frobenius, 280 pages
  • Maus d'Art Spiegelman, 292 pages
  • Shore de Sara Taylor, 337 pages
  • Au-revoir là-haut de Pierre Lemaitre, 159 pages
BILAN :

Vendredi 20 janvier 2017 : "Branches obscures" est déjà bien avancé, plus que quelques chapitres à découvrir demain matin... Je commence environ 70 pages de "Maus"

Samedi 21 janvier 2017 : Je termine 
"Branches obscures" vers 9h environ (levée tôt!) et je démarre "Shore" en début d'après -midi. 

Dimanche 22 janvier 2017 :
 Je stoppe à la moitié de "Shore" (que je terminerai plus tard, pas top!) et je termine Maus et "Au revoir là-haut"


TOTAL: env 650 pages!

vendredi 30 décembre 2016

"Hiver à Sokcho" d'Elisa Shua Dusapin

Titre : Hiver à Sokcho
Auteur : Elisa Shua Dusapin
Année : 2016
Editeur : Zoé
Résumé :
À Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coréenne qui n’est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l’inspiration depuis sa Normandie natale. C’est l’hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l’encre coule sur le papier, implacable : un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes.
Mon avis :Un roman découvert dans le cadre de mon travail de bibliothécaire car nous aurons la chance de recevoir l'auteur en 2017. Ce très court roman est écrit avec une grande douceur et permet de plonger pleinement dans l'atmosphère d'une petite ville de Corée du Nord.
La relation entre cette jeune coréenne et ce dessinateur français est loin des clichés des mièvreries romantiques que l'on peut parfois lire ou voir au cinéma.Il s'agit simplement d'une relation entre deux êtres humains, deux personnes parfaitement opposées qui se retrouvent au même endroit au même moment sur une courte période de leur existence.
A noter : il s'agit d'un premier roman...

biographie
Née en 1992 d’un père français et d’une mère sud-coréenne, Elisa Dusapin grandit entre Paris, Séoul et Porrentruy, où elle obtient son baccalauréat en 2011. Diplômée en 2014 de l’Institut littéraire suisse de Bienne (Haute Ecole des Arts de Berne), elle est l’auteur de M’sieur Boniface, un spectacle musical avec Thierry Romanens et le chœur d’enfants Sakaziq’. Elle est mandatée par la Commission Intercantonale des Arts de la Scène pour l’écriture du « Prologue » théâtral, et collabore régulièrement avec le réalisateur Romain Guélat. Dès 2014, elle se produit en tant que comédienne dans la compagnie Sturmfrei dirigée par Maya Bösch. Entre deux voyages en Asie de l’Est, elle poursuit actuellement sa formation avec un Master en Lettres à l’université de Lausanne. 

dimanche 24 avril 2016

"Des pierres dans ma poche" de Kaouther Adimi

Titre : Des pierres dans ma poche

Auteur : Kaouther Adimi
Editeur : Seuil
Année de parution : 2016

Résumé :
La narratrice, une algérienne trentenaire, vit et travaille à Paris depuis quelques années. Ici, tout et tous devraient la séduire, pourtant, elle se retrouve souvent au petit matin sur un banc de la rue des Martyrs, auprès de Clotilde, "femme sans maison" qui parfois accepte de parler d'elle. Qui raconte l'amour et la douleur de l'amour. Assise à son côté, la jeune femme compte les pierres dans sa poche, les pierres suivent ses pensées, lui permettent d'égrener les obligations de la journée à venir. La plus désagréable est-elle de se retrouver au bureau à feindre le bonheur dans une ville étrangère ? Ou de répondre aux coups de fil incessants de sa mère qui se désespère de la savoir encore célibataire ? Ou bien la perspective de revenir en Algérie pour le mariage de sa soeur avec l'image détestable des gens qui quittent leur pays sans remords pour vivre là-bas ? A moins que le plus difficile, le plus obsédant, soit de devoir accepter le manque sidérant des amis d'enfance, de la révolte permanente contre un état autoritaire et absurde, de la lumière d'Alger aveuglante et enveloppante.

Mon avis:
J'ai eu le plaisir de découvrir cette jeune auteure algérienne car nous la recevons très prochainement dans ma médiathèque. Une très belle découverte. Ce roman est le deuxième de cette auteure (je vous conseille également son premier ouvrage "L'envers des autres"). 
Elle nous plonge avec délice mais avec une vision assez sombre et fataliste dans l'esprit tourmenté d'une algérienne célibataire de 30 ans. La narratrice ne cesse de chercher sa place dans cette société où tout sous-entend qu'une femme doit à tout prix se marier. Elle n'est pas convaincue de cela mais sa mère se chargera de lui rappeler tout au long de sa vie. D'autant plus que la narratrice apprend une nouvelle qui va la perturber au plus haut point : sa petite sœur va se marier...
Croisons les doigts pour que Kaouther Adimi persiste dans l'écriture de romans, à découvrir!!

jeudi 14 avril 2016

"Les passants de Lisbonne" de Philippe Besson

Titre :  Les passants de Lisbonne
Auteur : Philippe Besson
Editeur : Julliard
Année : 2016

Résumé:
" On ne renonce jamais vraiment, on a besoin de croire que tout n'est pas perdu, on se rattache à un fil, même le plus ténu, même le plus fragile. On se répète que l'autre va finir par revenir. On l'attend. On se déteste d'attendre mais c'est moins pénible que l'abandon, que la résignation totale. Voilà : on attend quelqu'un qui ne reviendra probablement pas. " Hélène a vu en direct à la télévision les images d'un tremblement de terre dévastateur dans une ville lointaine ; son mari séjournait là-bas, à ce moment précis.
Mathieu, quant à lui, a trouvé un jour dans un appartement vide une lettre de rupture.
Ces deux-là, qui ne se connaissent pas, vont se rencontrer par hasard à Lisbonne. Et se parler.
Une seule question les taraude : comment affronter la disparition de l'être aimé ? Et le manque ? 

Au fil de leurs déambulations dans cette ville mélancolique, dont la fameuse saudade imprègne chacune des ruelles tortueuses, ne cherchent-ils pas à panser leurs blessures et à s'intéresser, de nouveau, aux vivants ?

Mon avis :
Je dois dire que le résumé donne absolument toute les informations concernant l'intrigue (qui n'en est pas une) de ce roman. Cela confirme selon moi que l'auteur accorde peu d'importance aux révélations et aux histoires personnelles des personnages mais davantage à la parole, à la relation qui s'installe peu à peu. 
Mathieu et Hélène souffre d'une absence, l'absence insupportable de l'être le plus cher. Nous sommes spectateurs de leur rencontre et de leurs échanges qui nous donnent l'effet de bouées de secours et d'apaisement pour l'un comme pour l'autre.
Une lecture très fluide et très rapide. Philippe Besson reste une valeur sûre. 

dimanche 6 mars 2016

"La tristesse de l'éléphant" de Nicolas Antona

Titre : La tristesse de l'éléphant

Auteur : Nicolas Antona
Illustrateur : Nina Jacqmin
Editeur : Les enfants rouges
Année : 2016

Résumé de l'éditeur :
L'histoire se passe en France au début des années 60. Elle met en scène Louis, un jeune homme un peu rondouillard, pas le style de garçon qui plait aux femmes. 
Orphelin, il grandira jusqu'à sa majorité dans un orphelinat, élevé par les frères jésuites. Son embonpoint naturel et ses problèmes de vue ne plaident pas en sa faveur lors de l'adoption, il verra ses camarades partir les uns après les autres. De toute façon, il n'a pas vraiment d'amis, Louis est le souffre-douleur de tous.
Les seuls bons moments que connait Louis, sont ceux qu'il passe dans le cirque Marcos qui vient planter son chapiteau dans un terrain vague de la ville. Là, tout s'illumine en lui, il sourit, il s'égaie et puis il y Clara, la dompteuse d'éléphants. 
Clara, magnifique, qui au gré des retours du cirque dans la ville devient sa confidente, son amie, son amante... Clara s'éprend de Louis et quittera sa famille et son cirque pour vivre avec lui. Ils connaîtront des jours heureux et insouciants.... 


Mon avis :
Pffiou... eh bien voilà c'est fait, ma BD coup de cœur 2016 est trouvée! Une histoire toute simple, toute douce et pourtant si intense.  Je ne vous cache pas avoir pleuré evidemment! Je suis absolument fan des illustrations et encore une fois : ne vous attendez pas à l'intrigue du siècle ou à de l'action non stop parce que c'est tout l'inverse.  Et c'est sublime...
Envie de serrer fort dans ses bras toute sa famille après cette lecture!!